Le Périscope, un théâtre pas comme les autres

Jeune trentenaire, le Théâtre Périscope vient de se refaire une beauté. Nouvelle façade mais aussi et surtout nouvelle structure : des travaux d’envergure qui ont permis à l’institution de la rue Crémazie de réaffirmer sa place essentielle au sein de la communauté artistique et culturelle. Rencontre avec Marie-Ève Dumont, qui mène ce grand projet depuis près de cinq ans.

 

Un coup de jeunesse architectural

«On a donné beaucoup d’amour au bâtiment!» raconte en riant la directrice générale du Périscope. En effet! Non seulement le théâtre s’est doté d’une nouvelle façade et a remis à neuf son foyer, mais d’importants travaux structuraux l’ont également immobilisé tout au long de l’année 2018. «C’est sûr que ce n’est pas très sexy quand on parle de décontamination ou de fermes de toit, mais c’est un vrai coup de jeunesse architectural. On voulait que les gens soient fiers, que notre théâtre soit suffisamment beau pour qu’ils soient heureux de l’avoir dans leur cour, dans leur quartier.»

 

Pendant toute la saison dernière, le Périscope est devenu nomade pour permettre aux ouvriers de faire leur travail. C’est ainsi que les pièces au programme ont été présentées dans différents endroits en ville. Même si le public est resté fidèle, on peut imaginer le bonheur et le soulagement des employés qui ont enfin pu retrouver leur théâtre. «Ça fait une grande différence dans la façon dont on accueille les gens, c’est tellement plus agréable!»

 

Prendre sa place dans le quartier

Le Périscope reprend désormais sa place au cœur du quartier et s’assure d’être présent dans les nombreux événements locaux. D’ailleurs, peut-être avez-vous déjà eu la chance de croiser ses brigades dans les rues de Montcalm, notamment pendant le marché aux puces. Assumant complètement son côté décalé et avant-gardiste, le théâtre a décidé de s’éloigner des canaux traditionnels de publicité et de sortir de ses murs pour aller à la rencontre de ses futurs spectateurs. «On veut que les gens sachent que nous sommes un lieu de découverte. On fait du théâtre de création et on offre une multitude d’expériences.»

 

L’initiative semble porter ses fruits puisque le public est au rendez-vous, tous âges confondus. «Quand on s’assoit dans la salle, on observe une clientèle très diversifiée. Cela dit, on se rend compte que les plus curieux ne sont pas forcément les plus jeunes!» plaisante Marie-Ève Dumont.

 

Un lieu ouvert à tous

Collaborant avec de nombreux partenaires et s’impliquant dans sa communauté (on se souvient notamment de l’initiative Notre bibliothèque lancée par le metteur en scène Christian Lapointe, qui a permis d’implanter de nombreuses boîtes à livres dans le quartier), le Périscope souhaite ouvrir toujours plus grand ses portes. «Nous avons envie de mettre sur pied des événements gratuits ouverts à tous, que les gens du quartier puissent s’approprier le lieu. Nous aimerions devenir une plateforme de réflexion spontanée.»

 

Poussant plus loin encore ce désir de participer activement à la vie de quartier, l’équipe planche actuellement sur un projet de mise en valeur du patrimoine bâti. C’est que les récents travaux ont permis de retrouver de nombreux journaux datant de l’époque où le bâtiment abritait la synagogue Beth Israël Ohev Sholem. Mariant cette découverte inusitée et le désir de faire connaître l’histoire du lieu, des scénographes et des muséologues vont concevoir une exposition permanente. Une occasion unique de permettre aux résidents de découvrir un pan de l’histoire de leur quartier.

 

Théâtre Périscope

2, rue Crémazie Est

418 529-2183

www.theatreperiscope.qc.ca