le 155 Grande Allée Est

Un appart qui rayonne, un quartier qui bouillonne

La lumière qui inonde son appartement et l’effervescence du quartier enthousiasment grandement Roger Vallières, locataire du 155 Grande Allée Est depuis juin dernier. Témoignage d’un résident ravi.

 

Roger Vallières est l’un des premiers résidents du 155 Grande Allée Est à avoir emménagé. Le 19 juin pour être exact. Depuis, chaque journée lui offre l’occasion d’apprécier les flots de lumière naturelle qui se déversent dans son 4 et demie du neuvième étage. «J’adore ça! J’ai du soleil direct le matin et en fin d’après-midi. Le côté lumineux, c’est ce qui frappe tout le monde qui entre chez moi», nous raconte-t-il au téléphone. Il apprécie aussi beaucoup la vue qu’il a, côté nord-est, sur la ville.

 

À son arrivée en juin, l’immeuble était encore en chantier. Le déménagement s’est quand même très bien déroulé, et le respect des mesures sanitaires et de la sécurité de tous l’a impressionné. «Tous les travailleurs du chantier portaient un masque. Deux ou trois jours après que j’ai eu emménagé, je suis allé marcher très tôt un matin. Quand je suis revenu, vers 7 h, un ouvrier qui tenait un registre m’a intercepté à l’entrée pour me demander où j’allais. Je lui ai répondu : “Je m’en vais chez nous!” Ils ne laissaient pas entrer n’importe qui et c’était très bien comme ça.»

 

Bien qu’il n’ait pas encore profité de la piscine, il apprécie beaucoup le garage. «C’est très propre et ça circule bien. Les espaces de stationnement sont vastes, on n’est pas coincés. Et j’aime beaucoup le petit gadget sur notre vignette qui active la porte automatiquement, sans qu’on ait rien à faire.» Il raconte avoir aussi passé de beaux moments cet été sur la terrasse située sur le toit du Montmorency, où «la vue est superbe».

 

Un milieu de vie stimulant

Ce qui a principalement motivé M. Vallières à choisir le 155 GAE, c’est l’effervescence du quartier Montcalm. «Dans les deux dernières années, j’ai habité dans Saint-Sacrement, dans un très bel endroit, mais quand on sortait dehors, il n’y avait personne! Ici, ça bouge, on est à distance de marche du Grand Théâtre, même du Palais Montcalm, et il y a plein de commerces tout près où aller faire ses courses», souligne celui qui achète de nombreux petits plats chez Morena, Papillote & Cie et aux Halles Cartier. «Je vis seul depuis le décès de mon épouse, j’ai envie de voir du monde!» ajoute-t-il.

 

La nature à proximité est un autre atout de taille qui a séduit ce grand marcheur, qui étire sans problème ses promenades jusqu’à la terrasse Dufferin. «C’est tellement un milieu de vie agréable! Les Plaines, le jardin Jeanne-d’Arc… J’ai d’ailleurs comme projet de me rééquiper pour le ski de fond cet hiver, avec ce beau terrain de jeu juste à côté», annonce-t-il, enthousiaste. Pas mal pour un retraité qui aura bientôt… «quatre fois 20 ans», dit-il en riant.

 

En attendant de filer sur la neige, il attend avec impatience le déconfinement pour enfin jouer au bridge avec quelques locataires dans la salle commune, fermée jusqu’à nouvel ordre. «Pour l’instant, on joue en ligne ensemble, à cause des mesures sanitaires, mais j’ai hâte qu’on le fasse en vrai!»